Adopter et mettre en oeuvre la Déclaration

Ceci est le temps de adopter et mettre en oeuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Nous construisons un mouvement de voix réunies de partout au pays qui se sont engagés à voir la Déclaration des Nations Unies pleinement adopté et mis en œuvre.

Voulez-vous ajouter votre voix aux appels pour le Canada d'aller de l'avant sur la voie - pas seulement vers la réconciliation, mais un chemin vers l'égalité et la justice?

  • Featured petition

    Signez la pétition

    2 640 signatures

    En 1982, les Nations Unies ont entamé la rédaction d’un document visant à protéger les droits de la personne des peuples autochtones à l’échelle mondiale. Il a fallu 25 ans pour terminer ce document.

    La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l’ONU en 2007. À ce moment-là, le Canada a voté contre son adoption, mais a enfin approuvé le document en 2010.

    Le Canada a déclaré qu’il mettrait en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation; elles demandent l’adoption et la mise en œuvre de la Déclaration.

    Le Canada a l’occasion de devenir un chef de file mondial en ce qui concerne la protection des droits des Autochtones en appuyant sans réserve ce document important.

    Cette Déclaration favoriserait grandement l’établissement d’une nouvelle relation entre le Canada et les peuples autochtones tout en améliorant considérablement la vie des Autochtones.

    Nous demandons au gouvernement du Canada d’adopter intégralement la Déclaration et de la mettre en œuvre, afin de protéger les droits des peuples autochtones. À cette fin, nous demandons au Canada d’adopter le projet de loi C‑262.

    Will you sign?

  • Latest from the blog

    Blog

    Le Canada et la Déclaration: un brouillard impénétrable

    Les peuples autochtones cherchent à invoquer leur compétence sur leurs terres depuis l'arrivée des premiers colons. Pour faire connaître notre volonté, nous avons usé de moyens commerciaux, négocié et conclu des traités, intenté des poursuites et même eu recours à des barrages routiers. En réponse, les gouvernements du Canada ont seulement proposé des demi-mesures : l'établissement du système de revendications territoriales ou de lignes directrices en matière de consultations, voire même l'affrontement ouvert et la criminalisation. C'est presque toujours le conflit qui s'ensuit. 

    Read more